Les classiques

Course hippiqueC’est un classique ! Voilà une expression que les parieurs entendent régulièrement à propos de certaines épreuves… sans toujours savoir de quoi il s’agit exactement. Car le terme de « classique » a tendance à être utilisé pour désigner de plus en plus de courses.

Les classics anglais

Comme souvent dans l’univers des courses hippiques, c’est l’Angleterre, pays d’origine des pur-sang, qui a fixé le modèle qui a fait école dans le reste du monde.

Outre-Manche, les classics sont les grandes courses réservées aux meilleurs galopeurs de 3 ans en vue d’établir, à chaque génération, une hiérarchie pour l’élevage. Le vainqueur d’un classic voit ainsi sa valeur de reproducteur (étalon ou poulinière) augmenter considérablement.

Cinq classics sont disputés dans l’année :

- 1000 Guinées (1 600 mètres environ, pour pouliches) – mai
- 2000 Guinées (1 600 mètres environ) – mai
- Oaks (2 400 mètres environ, pour pouliches) – juin
- Derby d’Epsom (2 400 mètres environ) – juin
- St. Leger Stakes (3 000 mètres environ) – septembre

La distance des classics augmente donc au fur et à mesure que les poulains et les pouliches de 3 ans prennent de la force au cours de l’année.

Les 2000 Guinées, le Derby d’Epsom et les St. Leger Stakes constituent la Triple Couronne que seuls quinze chevaux ont réussi à remporter dans l’histoire. Le dernier à avoir remporté ces trois courses est Nijinski en 1970.

Depuis que les femelles ne s’alignent plus dans les 2000 Guinées et le Derby d’Epsom, on dit que la gagnante des 1000 Guinées, des Oaks et des St. Leger Stakes remporte la Triple Couronne des Pouliches. Seules neuf pouliches ont réussi cet exploit, la dernière étant Oh So Sharp en 1985.

Les classiques français

Les autres pays (Irlande, Etats-Unis, Japon et France en particulier) se sont calqués sur ce modèle anglais et ont établi un programme classique pour les meilleurs 3 ans. Reprenant le terme anglais de classic, le programme français organise donc cinq classiques chaque année :

- Poule d’Essai des Pouliches (1 600 mètres, pour pouliches) – mai
- Poule d’Essai des Poulains (1 600 mètres) – mai
- Prix du Jockey-Club (2 100 mètres) – juin
- Prix de Diane (2 100 mètres, pour pouliches) – juin
- Grand Prix de Paris (2 400 mètres) – juillet

Le principe du programme classique français est donc identique aux classics anglais : seules les distances varient. Très longtemps disputé sur 3 000 mètres, le Grand Prix de Paris a été réduit à 2 000 mètres en 1987, puis est passé à 2 400 mètres en 2005, date à laquelle le Prix du Jockey Club a lui été raccourci de 2 400 à 2 100 mètres.

Les Grand Prix et les Groupes I

En 2005, France Galop réorganise donc son programme classique pour les 3 ans (changement de distances pour le Prix du Jockey Club et pour le Grand Prix de Paris). Dans le même temps, l’institution donne l’étiquette de Grand Prix aux quatre courses les plus prestigieuses et les mieux dotées du calendrier.

- Prix du Jockey-Club (2 100 mètres, 3 ans) – juin
- Prix de Diane (2 100 mètres, pour pouliches, 3 ans) – juin
- Grand Prix de Paris (2 400 mètres, 3 ans) – juillet
- Prix de l’Arc de Triomphe (2 400 mètres, 3 ans et plus) – octobre

Si les trois premières courses sont réservées aux 3 ans, le Prix de l’Arc de Triomphe est l’épreuve où ces derniers affrontent leurs aînés. Par facilité, certains définissent désormais ces quatre Grand Prix comme les classiques français.

Le prestige du terme « classique » est tel que progressivement toutes les grandes courses (au galop comme au trot !) sont labellisées classiques !

Par extension, toutes les épreuves de Groupe I (dont les hongres sont généralement exclus) deviennent en effet des classiques permettant d’établir une hiérarchie entre les meilleurs chevaux en vue de l’élevage. Dans le même temps, les courses de Groupe II et III sont quant à elles qualifiées de semi-classiques.

Lexique

Cheval classique : On dit qu’un cheval est un classique quand il a remporté une course de Groupe I.

Cheval de classiques : S’entend pour définir un galopeur de 3 ans qui paraît avoir les aptitudes pour suivre le programme classique réservé aux meilleurs.

Distance classique : En plat, une distance de 2 400 mètres est qualifiée de distance classique.